Une collision entre deux galaxies, cible du James Webb

Une série d’observations du télescope spatial de la Nasa est consacré à l’étude de l’évolution des galaxies.

II ZW 96 observé par le télescope Hubble en 2008. Crédits : NASA, ESA, the Hubble Heritage Team (STScI/AURA)-ESA/Hubble Collaboration and A. Evans (University of Virginia, Charlottesville/NRAO/Stony Brook University).

II ZW 96 est une paire de galaxie en train de fusionner située à environ 500 millions d’années-lumière de la Terre, dans la constellation du Dauphin qui est proche de l’équateur céleste.

Les deux galaxies, du fait des interactions entre elles, sont particulièrement lumineuses dans les infrarouges et constituent une cible idéale pour le James Webb et ces deux instruments dédiés à ces longueurs d’onde.

Etudiées dans le cadre d’un programme visant à mieux comprendre les écosystèmes galactiques complexes, elles ont déjà été observées par le télescope spatial Hubble et d’autres instruments au sol.

De nombreuses régions de formation d’étoiles

Sur cette image (cliquez dessus pour l’agrandir), la puissance des forces en jeu dans ce phénomène est bien visible : les deux galaxies ont une forme chaotique et perturbée.

Leurs noyaux apparaissent colorés en bleu et sont entourés par des régions (en rouge) de formation d’étoiles qui s’étendent à travers et au-dessus du centre.

Elles brillent dans les infrarouges autant que 100 milliards de Soleils !

La galaxie inférieure a une forme spirale régulière mais certains de ces bras sont étirés du fait des perturbations gravitationnelles. Tandis que la galaxie supérieure a été fortement déformée. L’arrière-plan est noir, et couvert de nombreuses petites galaxies dans toute la scène.

Pour l’anecdote, signalons que cette image a été présentée en avant-première à Emmanuel Macron, lors de sa visite au siège de la Nasa, mercredi 30 novembre 2022.

Des collisions fréquentes

Il faut savoir que les collisions entre galaxies ne sont pas rares dans l’Univers. Elles étaient même fréquentes au début de son histoire quand il était plus petit. En effet, les galaxies étaient alors logiquement plus proches les unes des autres et se “percutaient”. Encore aujourd’hui, la plupart des galaxies montrent des signes de fusions ou de quasi collisions.

chevron_left
chevron_right